Gamer donc asocial : déconstruction d’un cliché

Salut aventuriers ! Comme vous le savez, je vois passer beaucoup de monde à la taverne et que j’ai parfois bien des surprises. Et puisqu’on parle de surprise, je n’en suis pas revenu lorsque l’autre soir, un pauvre bougre s’est pointé avec une tête d’enterrement.

Il a rien commandé. Rien dit. Rien du tout.

Il s’est juste mis à la table tout au fond de la taverne et est resté comme ça pendant un bon moment. J’voyais qu’il bougeait pas donc en bon tavernier j’ai fini par aller le voir pour lui demander si y avait un problème ou s’il voulait quelque chose à boire.

“Bof, pas vraiment. Tu sais, il semblerait je sois asocial parce que je suis un gamer… Donc je reste dans mon coin tranquillement maintenant…”

Des gens déprimés, j’en avais vu passer à la taverne, mais alors lui il était vraiment au-dessus du lot. Immobile comme une statue, j’vous jure !

“Eh, détend toi et bois un coup, la première est pour moi !” Lui dis-je.

“J’ai pas la moindre idée de qui t’as mis ça en tête, mais il a complètement tort.”
“Je sais pas…. Tout mon entourage me dit la même chose, peut-être qu’ils ont raison après tout. C’est pas l’impression que j’avais mais bon…”

Devant tant de défaitisme et d’inepties, je décidai de lui montrer que gamer ne veut pas dire ermite reclu dans sa grotte.

 

Le jeu vidéo comme objet de sociabilisation

 

Déjà, laisse moi te dire aventurier :  ceux qui t’affirment que les jeux vidéo rendent solitaire et asocial sont pour la plupart dans l’ignorance la plus totale.
Aujourd’hui, je pense que tu en es conscient, mais l’immense majorité des jeux possède des fonctionnalités online, même les titres proposant à la base une expérience solo. Le dernier Assassin’s Creed, pour exemple, permet aux joueurs de poster leurs clichés pris dans le jeu. Ces derniers sont ensuite visibles par tous les autres joueurs sur leur map, avec la possibilité de liker ceux qui nous plaisent. Par la suite, les “photos” les plus likées peuvent ainsi être sélectionnées pour faire partie des concours organisés par Ubisoft.

Superficiel, rétorqueront les détracteurs… Et ils n’auraient pas complètement tort.

Mais si on creuse un peu plus loin, on se rend vite compte du potentiel de partage : oui, de PARTAGE. Quand apprécies un jeu, tu vas avoir tendance à en parler avec tes potes, les inciter à y jouer pour au final t’amuser avec eux, le plus souvent à l’aide d’un moyen de communication en vocal.

Et c’est sans compter sur la culture “geek” dont la plupart des gamers sont imprégnés : forums, sites spécialisés, groupes Facebook, streams ou encore guides en tous genres… Tous ces supports permettent beaucoup d’échanges (parfois houleux ou remplis de trolls il faut l’admettre). Et ces interactions sont une autre preuve que les gamers ne se contentent pas de “chiller” derrière leur jeu : ils débattent, conseillent, critiquent, proposent… En bref PARTAGENT des choses : eh ouais c’est dingue vu comme ça. Ton entourage doit pas forcément en être conscient ! 🙂

“Oui mais ça reste du virtuel. C’est naze.” Certes, c’est virtuel, mais en quoi ce serait “moins bien” que le communication directe ? C’est simplement un moyen de communiquer à distance quand on n’a pas la possibilité de voir directement la personne ! Je devrais donc aller à Lille voir mon pote pour jouer avec lui dans la même pièce alors qu’il me suffit de me connecter sur Discord et d’être en relation avec lui instantanément ? Soyons sérieux.

Mais passons à l’étape suivante, aventurier. On te dit que les gamers sont juste des reclus, des parias qui vivent dans leur coin malgré tout ? Alors parlons “IRL”.

Eh ouais, ça parait invraisemblable, mais je le l’affirme haut et fort : les jeux vidéo sont un excellent moyen de sociabilisation de nos jours.

Pourquoi IRL ? Déjà, il est de nos jours de plus en plus fréquent pour les joueurs d’interagir entre eux en vocal. Cette interaction, bien plus développée que les simples messages écrits, permet de renforcer les liens entre les joueurs, qui, par la suite, peuvent décider de se rencontrer en vrai ! Personnellement, j’avais une guilde sur un MMO il y a quelques années, et on a décidé de s’organiser une rencontre dans un bar à un moment. Et même si j’ai depuis arrêté ce jeu, on a gardé le contact !

 

L’E-sport, une pratique qui rassemble

 

“Oui, je vois ce que tu veux dire, mais ça ne suffit pas pour convaincre mon entourage… Ils restent persuadés que le jeu vidéo est un mal en soi, que c’est une perte de temps et que je ferais mieux d’aller dehors” Me rétorqua l’aventurier déprimé.

“Très bien je pense qu’ils n’ont pas encore compris que le jeu vidéo évolue très très vite, plus rapidement que la société en fait. Tu dois connaître les compétitions en E-sport, non ?”

“Carrément, j’adore les suivre ou aller voir les finales quand je peux !”

“Très bien. Dans ce cas t’es conscient que l’émergence des premiers jeux en ligne compétitifs a permis l’apparition de communautés passionnées par tel ou tel jeu. Je pense que tu connais “LoL” ? J’ai un très bon exemple à te passer : en fin d’année dernière, en Chine, on a eu droit à une finale d’E-sport qui a attiré plus de 40 000 spectateurs ! Et cerise sur le gâteau, le lieu utilisé n’était autre que l’ancien stade olympique. Dire que les gamers restent cloîtrés chez eux est donc d’autant plus faux qu’aujourd’hui. L’E-sport se démocratise et de plus en plus de gens s’y intéressent.”

On assiste à de véritables célébrations riches en interactions et en émotions. D’autant plus que ces rassemblements attirent de plus en plus de personnes, au point de dépasser d’autres compétitions sportives plus classiques ! Et entre assister à un match de basket ou un tournoi de CS:GO, je sais pas si j’ai plus de chances de me sociabiliser dans le premier…

En plus de ça, les jeux vidéo octroient une place de plus en plus importante au “teamplay”  et à la communication entre les joueurs : “United we stand, divided we fall.” Ce petit proverbe illustre bien c’que je veux te dire : Il y a autant de communications et d’échanges sociaux dans un jeu vidéo que dans le foot par exemple, si ce n’est plus.
A ceux qui te diront donc que tous les jeux vidéo créent l’isolement, répond leur que c’est plutôt une activité collective avec une grande profondeur dans la plupart des cas. Aujourd’hui, on n’a plus à choisir entre interactions “IRL” ou “virtuelles”. On peut vivre les deux en même temps, et c’est précisément ça qui est génial !

 

La solitude positive ?

 

“Super comme conseils, j’aurais eu du mal à trouver ces arguments tout seul !” Mais tout ton topo, eh bah y fonctionne pas pour mes jeux solo : parfois je veux juste me poser au calme et là, j’ai rien à leur dire pour leur couper l’herbe sous le pied…”

“Hmmm, c’est vrai ce que tu dis. Eh bien je vais te dire une chose : la solitude tu peux aussi la voir comme quelque chose de bien, je t’assure.”

“Hein ? Attend mais je capte plus rien tavernier” Me rétorqua l’aventurier, “Tu viens de me dire que les jeux favorisent la sociabilité et maintenant tu me dis que c’est bien d’aller s’isoler !”

“Tu vas comprendre, écoute. Aujourd’hui, on vit tous dans un monde ultra connecté de partout avec smartphones, réseaux sociaux jusque dans nos montres, jeux en ligne et autres objets connectés.
Alors parfois, je pense qu’en effet c’est bien de se “couper du monde” pendant un moment, histoire de se poser.

Tututu, j’te vois venir avec ton petit sourire en coin, me fais pas dire ce que j’ai pas dit ! Il est pas question d’aller se planquer pendant 3 mois dans sa chambre et d’en sortir uniquement pour faire les courses. Non, c’est juste que parfois on en a marre de l’agitation ambiante, des messages incessants ou tout simplement de la journée reloue qu’on vient de subir.

Du coup, le fait de s’isoler quelques heures sur un jeu sans challenge, juste pour profiter de l’histoire et du paysage par exemple, ça peut être un excellent moyen de faire un break réparateur ! “

“Super ! Je ressentais la même chose mais impossible de l’expliquer. T’es au top tavernier !”

“Content d’avoir pu t’aider en tout cas. Tu sais, trop de gens pensent que vouloir être seul est une mauvaise chose. Pourtant, si tu parviens à expliquer à tes proches que justement, la solitude (à petite dose) peut avoir du bon, tu auras tout gagné !

Par contre, il y a plein d’autres activités que les jeux vidéo, donc tu peux aussi bien prendre un bouquin, faire du sport ou que sais-je encore. Adapte en fonction de ton humeur et de la situation !”

Tout content, l’aventurier, qui quelques minutes auparavant arborait une tête d’enterrement, se leva d’un bond et partit d’un pas déterminé.

“Hé hé hé, j’en connais un qui va aller casser du cliché moi ! Bon, eh bien sur ce, j’ai encore des clients à servir et des tonneaux à ranger moi.” m’exclamais-je.

Le jeu vidéo est aujourd’hui une pratique qu’on peut rattacher au sport où à l’art, mais trop de gens continuent malheureusement à nous considérer comme des “nolife” sociopathes, souvent par ignorance !

En gros, retenez qu’en tant que gamer, vous êtes pour la plupart loiiiin des préjugés auxquels on peut vous rattacher. D’autant plus qu’avec les bons arguments et exemples, vous pouvez balayer les critiques qu’on pourra vous formuler sur ce sujet ! 🙂

 

A la santé du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *